décès de Warda al-Jazairia, « la Rose algérienne » – Almanach

décès de Warda al-Jazairia, « la Rose algérienne » – Almanach


Warda al-Jazairia s’est éteinte au Caire le 17 mai 2012 âgée de 72ans, laissant pour héritage ses chansons illustrant sa sensualité et son tempérament.

 

A fond dans sa passion

Le chemin est tout tracé pour Warda, dès l’âge de 11 ans suite à sa participation à l’émission de l’animateur Ahmed Hachlaf. Warda Ftouki, devenue Warda « al-Jazairia » (la rose algérienne) découvre peu à peu le monde du show business.

En 1959, elle adopte un tout autre genre musical grâce à sa rencontre avec le compositeur Mohammed Abdel Wahab. Ce dernier initie la diva au chant classique et lui fait interpréter la qasida d’Ahmed Chawqi intitulée Bi-omri kullo habbitak. Warda aura également l’occasion de chanter aux côtés d’artistes célèbres comme Abdel Halim Hafez ou Fayza Ahmed. Plus tard, elle fait la connaissance du réalisateur Helmi Rafla qui l’aidera à forger une carrière musicale et cinématographique en Egypte.

La diva verra prospérer sa carrière jusqu’à la mort de son père en 1961. Par la suite, elle rejoint l’Algérie et épouse un officier qui lui interdit de chanter. Warda se consacre alors à sa famille pendant une dizaine d’années.

 

Le come-back : des hauts et des bas

La Rose algérienne fleurit à nouveau en 1972, lorsque le président Houari Boumédiène la sollicite de participer à la célébration du dixième anniversaire de l’indépendance du pays. Cette prestation l’incite à reprendre sa carrière et laisser tomber sa vie de couple. Ainsi, elle retourne en Egypte et côtoie à nouveau le monde de la chanson.

Grâce à son deuxième mari Baligh Hamdi, elle eut l’opportunité de travailler auprès de compositeurs renommés comme Hilmi Bakr, Mohammed Al-Mougui ou Sayed Mekawi, ce qui accrut grandement sa popularité. Mais les feux des projecteurs s’éteignent de nouveau en 1990 quand Warda procède à son deuxième divorce. La diva tente de se remettre en selle en interprétant les titres de Salah Charnoubi. Malheureusement, sa carrière aura du mal à reprendre son envol à cause des problèmes de santé qui l’ont affecté. Warda ne retrouve sa popularité que dans les années 2000 après l’enregistrement de son dernier album studio.

Elle accumule les concerts notamment en Algérie et au Liban, et obtient en 2012 le chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. La même année, l’artiste succombe à un arrêt cardiaque qui fera faner à jamais la Rose algérienne.



Source link

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Partager cette publication